L’ergonomie sans le design n’est rien ?

Qui aujourd’hui n’a jamais eu lors de sa première visite sur un site web une réaction telle que : « Oh que c’est moche ! », « Oulalaaa ! » ou encore « Ah jolie ! »… Ces exclamations sont souvent un de nos premiers réflexes qui peut être similaire au délit de faciès à l’égard d’un individu inconnu. Cette réaction assez primaire est quasi identique à une interprétation esthétique face à une interface web encore jamais utilisée.

Ergonomie et design objet

Avant d’aborder ce sujet face à une interface web, une « anecdote » liée aux Arts Appliquées va permettre de compléter et d’illustrer cette même réaction dans un tout autre domaine : le design objet.

Juicy Salif de Starck

Le très controversé presse citron « Juicy Salif » de Philippe Starck est sans doute un des exemple les plus parlant pour évoquer la confrontation entre l’esthétisme et l’ergonomie dans le design d’objet de la fin du XX° siècle.

En 1991, Philippe Starck conçoit pour l’éditeur italien Alessi un presse citron au design assez inhabituelle pour un ustensile de cuisine. Perché sur ses 3 longues pattes, ce presse agrume peut évoquer à la fois une araignée, une fusée ou une créature sortie tout droit d’un roman de science fiction. Son créateur avoue avoir eu l’idée en pressant un citron sur un calamar lors d’un déjeuner. D’où cette apparence semblable à un animal (ci-dessus la nappe du restaurant où P.Starck avait dessiné ses premières idées concernant cet objet).

croquis Juicy Salif Malgré ses lignes élancées, son aspect sobre et épuré le « Juicy Salif » est malheureusement peu pratique par son manque de prise en main pour une utilisation quotidienne.

Pour attester le manque de pragmatisme de cet objet, deux designers allemand, Adam und Harborth, se sont permis de réaliser, dix ans plus tard, un prototype en plastique afin de faciliter l’utilisation de ce presse citron : « Salif Aid fûr Juicy Salif ». Ce récipient s’encastre au cœur de l’objet et permet de récupérer la pulpe et les pépins des agrumes pressés.

L’ironie de cette « prothèse » provient entre autre par sa matière, sa couleur et le nouveau look qu’elle occasionne au « Juicy Salif ». Ce rajout décrédibilise cet objet devenu une icône des années 90 exposée dans plusieurs musées et galeries du monde. Philippe Starck, qu’on aime ou pas ce personnage, est l’un des premier designer français qui a su démocratiser et vulgariser au plus grand nombre l’importance de l’esthétisme dans nos objets du quotidien qui dans le passé devait être avant tout ergonomique.

Aujourd’hui, l’esthétisme d’un objet est aussi importante que son utilisation au quotidien. Si l’objet est beau vous aurez plus de plaisir à l’utiliser. Sur Internet c’est pareil.

Esthétisme, ergonomie et interface web

« Tractinsky, Katz et Ikar ont ainsi réalisé une étude selon laquelle l’esthétique de l’interface influencerait la perception de l’utilisabilité du système. Les utilisateurs confrontés à une belle interface auraient tendance à lui attribuer un meilleur niveau d’utilisabilité. » Ergonomie et beauté des choses

Lorsque l’appréciation esthétique d’un utilisateur entre en jeu pour sa première visite sur un site web, deux réactions sont envisageables :

  • Si l’interface plaît graphiquement à l’utilisateur alors ce dernier ne percevra pas immédiatement les erreurs d’utilisabilité du site et sa satisfaction de navigation se portera davantage sur son jugement de goût.
  • Si l’utilisateur à une forte répulsion dès l’ouverture de la page de son navigateur, il ne manquera sans doute pas d’évoquer son dégoût tout au long de sa visite même si le site possède une qualité d’utilisabilité optimisé.

« En 2003, Nielsen Norman Group à recenser 42 études comparatives entre l’utilisabilité d’un site web existant et sa refonte : Usability Return on Investment. Cette étude à prouvé une augmentation de l’utilisabilité de l’ordre de 202%. » (Ergonomie Web, pour des sites web efficaces – A.Boucher)

Même si ce jugement est évidemment subjectif et lié aux émotions de l’internaute, cette réaction peu le conditionner tout au long de sa navigation. Si vous envisagez la création d’un site web ou sa refonte, n’oubliez pas que l’ergonomie se complète au design graphique : cela permet de satisfaire la qualité de l’interface ainsi que l’optimisation de l’utilisabilité du site. Si ces deux paramètres sont bien pris en compte dès le début, ils renforceront l’appréciation de l’utilisateur par rapport à votre site internet.

Si c’est pas beautiful çà !

L’ergonomie sans le design n’est rien ?

9 réflexions au sujet de « L’ergonomie sans le design n’est rien ? »

  1. Héhé Joli post

    Par contre, même avec la coupelle rajouté par les 2 desingner allemand, ce presse agrume n’est pas partique du tout car il n’a aucune prise. A moins de faire du jus d’oranges pourries et bien tendre.
    Donc, selon vous, les sites web c’est comme les pneux pirelli, sans esthétique, l’ergonomie n’est rien…

    Ca va donner du travail à plein de gens ça :)

  2. @fred: « les sites web c’est comme les pneux pirelli, sans esthétique, l’ergonomie n’est rien… »
    Non, mais l’esthétisme contribue à son approche et permet d’améliorer l’ergonomie. Si je pars de ton idée des pneux Pirelli, as-tu remarqué l’accroissement du Tuning automobile. La voiture seul ne suffit pas à certains automobilistes donc ils l’améliorent à leur goût pour satisfaire leur utilisation. Mais c’est un autre débat.

    Et pour le Juicy salif, je l’ai testé et il n’est pas du tout pratique. Et même avec l’accessoire rien n’y change. D’où cet objet qui est devenu un objet décoratif visible dans n’importe quel magazine.

  3. Brice dit :

    Bravo pour ce post.

    Juste une petite remarque concernant le titre accrocheur « L’ergonomie sans le design n’est rien ». Je serais quelque peu plus modéré sur cette affirmation…forcément je suis ergonome ☺

    Le design graphique permet d’améliorer l’acceptation de l’interface par l’utilisateur. Ceci est d’autant plus vrai dans le cas d’une première visite ou utilisation. Ainsi un graphisme élégant devrait susciter l’intérêt, et même pallier certaines erreurs « d’ergonomie ». En fait, on a envie de « voir plus loin ». Ceci est aussi vérifié pour la publicité sur le Web. Une accroche sympa, un beau graphisme, et hop on clique dessus alors que ce n’était pas l’objectif de la visite initiale.

    Le beau et la curiosité sont, en effet, de puissants moteurs dans notre mode d’interaction.

    Toutefois attention ! Passée cette première approche exploratoire, si votre application ou votre site comporte trop d’incohérences avec l’activité des utilisateurs alors point de salut (même avec de jolies couleurs). Dans ce cas, vous entendrez dire « c’est beau, mais ce n’est pas pratique ».

    Ensuite, tout dépend de votre cible. Je visite régulièrement certains sites particulièrement beaux et esthétiques mais possédant une navigation totalement ésotérique. Peu importe, l’ambiance est là, et finalement la « recherche » pour passer d’une page à l’autre fait partie de « l’aventure ». À l’opposé, un site plus institutionnel doit être défini suivant une approche ergonomique rigoureuse ; dans ce cas, l’esthétisme n’est pas prioritaire. Tout est question du message et de la population d’utilisateur.

    Moralité : Beau c’est bien, mais pas assez. Pratique et moche, ce n’est pas suffisant. Beau et pratique…

    PS : félicitation à jacinthe pour son blog fort intéressant, et surtout pour son intérêt concernant l’ergonomie.

  4. « Et pour le Juicy salif, je l’ai testé et il n’est pas du tout pratique. Et même avec l’accessoire rien n’y change. D’où cet objet qui est devenu un objet décoratif visible dans n’importe quel magazine. »
    Et voilà, on est loin des grandes théories de Starck sur « le design honnête » qui veut que sans l’utilité et la facilité d’utilisation le design n’est rien.
    On est même à l’opposé de ça…

  5. clément dit :

    bravo pour cet article.
    Je voulais vous demander où peut-se procurer cette merveille de dérision qui n’enlève rien à l’oeuvre de Starck mais ajoute une touche de je ne sais quoi…qu’il soit pratique ou pas d’ailleur

    Alors si vous savez où on peux le trouver faites moi signe.
    Merci

  6. jonathan dit :

    Bonjour je suis en 1° Profesionnelle et pour mon BEP j’ai une épreuve en art appliqué qui concerne ce fameux juicy salif. je dois le rendre le lundi 6 Mai 2012 je sais que je m’y prends un peu tards pour demander cela mais je suis chargé de trouver quel autre artiste a part ces deux allemand aurait pus s’inspirer de ce presse agrume pour l’améliore ou creer une autre oeuvre. et malheuresement aprés pas mal de recherche je ne trouve rien a part l’accesoire creer par les allemans.
    J’espère que quelqu’un pourrat me venir en aide
    En vous remerciant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.